TÉLÉCHARGER LE COURS COMPLET GRATUIT DE TOPOGRAPHIE ET TOPOMÉTRIE


Cours de Topographie et Topométrie Générale / telecharger sur un forum ws Maîtrise de Télécharger Gratuitement téléchargements. Noter ce . Cours de Topographie et de Topométrie. Chapitre 1 IGN 69, gratuitement auprès de l'IGN, via son site Internet (cumtesankcupo.ga ; ftp://ign fr). Ce point est. PDF cours de topographie pour debutant,cours pratique de topographie,cours topographie génie civil,télécharger le cours complet gratuit de topographie et.

Nom: LE COURS COMPLET GRATUIT DE TOPOGRAPHIE ET TOPOMÉTRIE
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Libre!
Système d’exploitation: MacOS. iOS. Windows XP/7/10. Android.
Taille:36.50 MB

TÉLÉCHARGER LE COURS COMPLET GRATUIT DE TOPOGRAPHIE ET TOPOMÉTRIE

Tableau de gestion des notes d'une classe de BTS 2 semestres : zip de 25 ko. Tableau de gestion des conseils de classe de BTS sur une année : zip de 14 ko. Calendrier scolaire format A4 et planning journalier perpétuel fichier calendrier. Ce dernier a été amélioré par José Violante un collègue qui l'a très élégamment automatisé. J'en ai profité pour utiliser sa méthode de gestion des jours de la semaine dans l'autre tableau : le calendrier scolaire.

Elle est comprise entre 0 et Est ou Ouest. Mthodes de compensation Tout protocole de mesure gnre des erreurs. On aborde tout d'abord les propriétés physiques des fluides et quelques principes fondamentaux de la physique, dont ceux de conservation et d'unité physique.

PDF cours de topographie pour debutant,cours pratique de topographie,cours topographie génie civil,télécharger le cours complet gratuit de topographie et. Topométrie: du grec topos signifiant le lieu et métrie signifiant l'opération de mesurer. Ces caractéristiques sont en cours de modification afin de mettre en place un système La plate-forme à installer est de base rectangulaire et doit se situer à. Le volume complet peut être calculé en utilisant les trois types de calcul.

Projections coniques Dans ce type de reprsentation, les images des mridiens sont des demi-droites qui concourent en un point image du ple et les parallles des arcs de cercles concentriques autour de ce point. Projection conique Figure 2. Projection conique quivalente dAlbers Dans ce type de reprsentation, limage des mridiens est un faisceau de droites parallles, et limage des parallles, un faisceau de droite parallles, orthogonales limage des mridiens.

Lobtention dune orthophotographie se fait partir des clichs originaux, corrigs du point de vue gomtrique.

En appliquant des surcharges graphiques, des donnes vecteur on obtient lorthophotoplan. Concernant la qualit de ce type de travaux, il est ncessaire de disposer de clichs de qualit photographique leve.

Toute imprcision se ressent invitablement sur la qualit du produit final. Pratiquement, la cration dune orthophoto numrique consiste crer une matrice image dans le plan horizontal des coordonnes terrain, partir de la matrice image dfinie dans le systme de la camra.

Cours de Topographie et Topométrie Générale

Ceci revient en fait. La triangulation photogrammtrique ou arotriangulation 5. Dfinition de larotriangulation Les principes de base de la strorestitution font apparatre que pour travailler sur un stromodle, il faut disposer dau moins trois points de calage, dtermins par des mthodes godsiques tachomtrie, GPS Larotriangulation est une extension des mthodes de strorestitution, qui permet de restituer de faon globale un bloc de clichs tout en minimisant le nombre de points de calage dterminer sur le terrain.

On peut donc survoler des zones possdant une faible densit de points godsiques. Exigences de larotriangulation Les rsultats finaux peuvent alors provenir de deux mthodes de calcul diffrentes.

On dispose tout dabord dune mthode de compensation en bloc par modles indpendants. Celle ci se base sur une transformation de similitude spatiale applique des coordonnes modle. Usuellement, cette mthode est employe avec des prises de vues ralises avec des chambres mtriques, et ncessite la dtermination des stromodles, afin den obtenir les coordonnes de points qui seront transformes dans le systme de rfrence de lobjet.

On doit donc effectuer lorientation relative des clichs avant de sintresser la transformation qui ramnera dans ce systme. Dans ce cas, la disposition des points de calage va avoir une importance considrable quant aux prcisions tant planimtrique qualtimtrique. Il est galement noter que ces deux paramtres nont pas dinfluence rciproque dans un tel calcul.

La seconde mthode qui peut tre employe est celle dite de compensation par les faisceaux. Celle-ci est dveloppe ci-dessous. Daprs les recommandations de la Socit Amricaine de Photogrammtrie, il faut veiller rpartir les points de calage de faon suffisamment homogne, en vue datteindre une bonne prcision, sachant que la solution la plus satisfaisante sera de les disposer dans les coins et sur les bords des bandes constituant le modle.

Le but essentiel est finalement dviter toute extrapolation. De plus, il est recommand de disposer de 4 5 points de calage sur le premier modle afin de pouvoir effectuer le calcul de lchelle et de lorientation absolue avec une prcision aussi leve que possible. Cest en quelque sorte une condition sine qua non pour dmarrer le calcul de larotriangulation.

Prparation dun vol photographique Le plan de vol se dtermine partir des diffrents paramtres de vol, qui doivent tre fixs priori, et des caractristiques de la chambre de prise de vues employe.

Les diffrentes relations employes pour la dtermination des paramtres de vol sont les suivantes Kraus et Waldhusel, : Longueur de ct sur le terrain Hauteur de vol au-dessus du sol.

Paramtres dun vol photographique a , position des points de calage et de jonction sur un bloc b daprs Henry et al. Ces relations sont exprimes dans le cas habituel de la photographie arienne, cest dire avec lemploi dun format dimage carr 23x23 cm2 gnralement pour les clichs IGN et des axes de prise de vues verticaux.

Effet de fil La prparation du vol suppose galement de sintresser aux conditions dutilisation de la chambre de prise de vues. En effet, pour effectuer les prises, on va employer une vitesse dobturation pour une ouverture de diaphragme donne. Cependant, il faut tenir compte du fait que lavion se dplace, et que ce dplacement aura pour consquence un fil sur le clich, dtriorant sa qualit.

Concrtement, leffet de fil a la consquence suivante : un point de lobjet ne donnera pas un point sur lmulsion mais une trane dont la longueur est fonction de la vitesse de dplacement et du rapport dchelle, cest dire de la distance lobjet et de la focale de lobjectif.

Compte tenu de la vitesse de croisire de lappareil, il convient de choisir un temps dexposition de lmulsion suffisamment court afin de limiter les effets de ce dsagrment, en veillant adapter louverture du diaphragme.

Principes de compensation 5. Mthode de compensation par les faisceaux Cette mthode repose sur lutilisation des coordonnes image comme observations, et sur lemploi dune projection centrale. Elle permet de lier directement les coordonnes image aux coordonnes objet, sans passer par les coordonnes modle.

TÉLÉCHARGER LE COURS COMPLET GRATUIT DE TOPOGRAPHIE ET TOPOMÉTRIE PDF GRATUITEMENT

Dautre part, cette mthode a un avantage considrable puisquelle autorise lintroduction dans le calcul de paramtres additionnels. On peut donc inclure dans le calcul les lments dorientations interne comme inconnues, mais aussi des paramtres de dformation de limage, qui peut provenir non seulement des distorsions de lobjectif utilis mais galement des dformations du film, de diverses anomalies de rfraction ou de toute autre source derreur.

Par consquent, on tiendra compte des erreurs systmatiques quelles que soient leurs origines. Ceci est particulirement important dans le cas de lutilisation dune chambre de prises de vues amateur. De fait, les qualits cites font de cette mthode la plus prcise de larotriangulation. Calcul dune compensation par les faisceaux On peut donc faire intervenir un certain nombre de paramtres complmentaires afin daffiner la dtermination.

Cependant, lintroduction dinconnues supplmentaires dans le calcul demande que le nombre de points de calage connus soit suffisant. Les conditions de cette introduction sont dveloppes dans la suite. Attachons-nous tout dabord lexplicitation de la mthode.

La matrice des coefficients des quations normales, puis la matrice N, est calcule partir des relations de base de la photogrammtrie, qui expriment les coordonnes image en fonction des coordonnes objet, exprim dans un systme de rfrence choisi par lutilisateur.

Ces quations sont ensuite linarises pour pouvoir leur appliquer le principe des moindres carrs. La forme des quations normales permet de simplifier le calcul matriciel. En effet, le systme des quations normales fait apparatre une matrice constitue de blocs, ou sous-matrices, bien distincts.

De plus, certaines dentre elles tant hyperdiagonales diagonales par bloc , linversion en est facilite. Le systme des quations normales sexprime sous la forme dveloppe suivante :.

Les matrices N11 et N22 sont diagonales par blocs, lune avec des blocs 6,6 , lautre avec des blocs 3,3. La tldtection arospatiale La photogrammtrie nexploite que des photographies de lobjet restituer gomtriquement. Les techniques actuelles de tldtection cherche tirer parti la fois de la dtection de la gomtrie des objets et de leur signature spectrale dans des gammes de longueurs donde fixes.

Les capteurs sont ici bien diffrents des appareils photographiques utiliss en photogrammtrie : ils doivent assurer une cohrence des donnes acquises tant sur le plan gomtrique que radiomtrique. Fondamentaux Avant de prsenter les diffrents type de systme de tldtection, accessibles sur les plate-formes spatiales ou aroportes, nous rappelons quelques notions de base sur les lments physiques de ces techniques.

Dfinition gnrale La tldtection est la technique qui, par lacquisition dimages, permet dobtenir de linformation sur la surface de la Terre sans contact direct avec celle-ci. La tldtection englobe tout le processus qui consiste capter et enregistrer lnergie dun rayonnement lectromagntique mis ou rflchi, traiter et analyser linformation, pour ensuite mettre en application cette information CCT. Source dnergie ou dillumination A - lorigine de tout processus de tldtection se trouve ncessairement une source dnergie pour illuminer la cible.

Rayonnement et atmosphre B - Durant son parcours entre la source dnergie et la cible, le rayonnement interagit avec latmosphre.

Une seconde interaction se produit lors du trajet entre la cible et le capteur.

Interaction avec la cible C - Une fois parvenue la cible, lnergie interagit avec la surface de celleci. La nature de cette interaction dpend des caractristiques du rayonnement et des proprits de la surface. Enregistrement de lnergie par le capteur D - Une fois lnergie diffuse ou mise par la cible, elle doit tre capte distance pour tre enfin enregistre. Transmission, rception et traitement E - Lnergie enregistre par le capteur est transmise, souvent par des moyens lectroniques, une station de rception o linformation est transforme en images numriques ou photographiques.

Application G - La dernire tape du processus consiste utiliser linformation extraite de limage pour mieux comprendre la cible, pour nous en faire dcouvrir de nouveaux aspects ou pour aider rsoudre un problme particulier.

Le spectre lectromagntique Plusieurs rgions du spectre lectromagntique sont utilises en tldtection. Le spectre lectromagntique stend des courtes longueurs donde dont font partie les rayons gamma et les rayons X aux grandes longueurs donde micro-ondes et ondes radio.

Les plus petites longueurs donde utilises pour la tldtection se situent dans lultraviolet. Ce rayonnement se situe au-del du violet de la partie du spectre visible. Certains matriaux de la surface terrestre, surtout des roches et minraux, entrent en fluorescence ou mettent de la lumire visible quand ils sont illumins par un rayonnement ultraviolet.

La lumire que nos yeux nos tout premiers "capteurs de tldtection" peuvent dceler se trouve dans ce qui sappelle le "spectre visible". Il est important de constater que le spectre visible reprsente une bien petite partie de lensemble du spectre.

Une grande partie du rayonnement lectromagntique qui nous entoure est invisible lil nu, mais il peut cependant tre capt par dautres dispositifs de tldtection. Les longueurs donde visibles stendent de 0,4 0,7 mm. Il est important de noter que cest la seule portion du spectre que nous pouvons associer la notion de couleurs. Le bleu, le vert et le rouge sont les couleurs ou les longueurs donde primaires du spectre visible. Une couleur primaire ne peut tre cre par deux autres couleurs, mais toutes les autres couleurs peuvent tre cres en combinant les couleurs primaires.

Mme si nous voyons la lumire du Soleil comme ayant une couleur uniforme ou homogne, en ralit, elle est compose dune varit de longueurs donde dans les parties de lultraviolet, du visible, et de linfrarouge du spectre.

La portion visible de ce rayonnement se dcompose en ses couleurs composantes lorsquelle traverse un prisme. Linfrarouge stend approximativement de 0,7 mm, ce qui est un intervalle environ fois plus large que le spectre visible.

Linfrarouge se divise en deux catgories : IR rflchi et IR mis ou thermique. Le rayonnement dans la rgion de linfrarouge rflchi est utilis en tldtection de la mme faon que le rayonnement visible.

Linfrarouge rflchi stend approximativement de 0,7 3 mm. Linfrarouge thermique est trs diffrent du spectre visible et de linfrarouge rflchi. Cette nergie est essentiellement le rayonnement qui est mis sous forme de chaleur par la surface de la Terre et stend approximativement de 3 mm.

Depuis quelques temps, la rgion des hyperfrquences suscite beaucoup dintrt en tldtection. Cette rgion comprend les plus grandes longueurs donde utilises en tldtection et stend approximativement de 1 mm 1 m. Les longueurs donde les plus courtes possdent des proprits semblables celles de linfrarouge thermique, tandis que les longueurs donde les plus grandes ressemblent aux ondes radio.

Les orbites Les systmes dobservation de la Terre, selon leurs objectifs peuvent tre placs sur diffrentes orbites, autrement dit une certaine distance de leur objet dtude.

Les grandes familles dorbites sont les suivantes : Gostationnaire : une altitude denviron 36 kilomtres, ils se dplacent une vitesse qui correspond celle de la Terre, donnant ainsi limpression quils sont stationnaires. Cette configuration orbitale permet au satellite dobserver et damasser continuellement de linformation sur une rgion spcifique. Les satellites de communication et dobservation des conditions mtorologiques sont situs sur de telles orbites.

Quasi-polaire : cette configuration, combine la rotation de la Terre ouest-est , fait quau cours dune certaine priode, les satellites ont observ la presque totalit de la surface de la Terre. Elle est appele orbite quasi polaire cause de linclinaison de lorbite par rapport une ligne passant par les ples Nord et Sud de la Terre. La plupart des satellites sur orbite quasi-polaire sont aussi hliosynchrones ; de cette faon, ils observent toujours chaque rgion du globe la mme heure locale solaire.

Pour une latitude donne, la position du Soleil dans le ciel au moment o le satellite survole une certaine rgion au cours dune saison donne sera donc toujours la mme. Cette caractristique orbitale assure des conditions dillumination solaire similaires, lorsquon recueille des donnes pour une saison particulire sur plusieurs annes ou pour une rgion particulire sur plusieurs jours.

Ceci est un facteur important lorsquon compare deux images successives ou lorsquon produit une mosaque avec des images adjacentes, puisque les images nont pas tre corriges pour tenir compte de lillumination solaire. Lorsquun satellite est en orbite autour de la Terre, le capteur "observe" une certaine partie de la surface. Cette surface porte le nom de couloir-couvert ou fauche.

Les capteurs sur plate-forme spatiale ont une fauche dont la largeur varie gnralement entre une dizaine et une centaine de kilomtres. Pour les satellites orbite quasi-polaire, le satellite se dplace selon une trajectoire nordsud. Cependant, vue de la Terre, la trajectoire du satellite semble avoir une composante vers louest cause de la rotation de la Terre. Ce mouvement apparent du satellite permet la fauche du capteur dobserver une nouvelle rgion chacun des passages conscutifs du satellite.

Lorbite du satellite et la rotation de la Terre travaillent donc de concert, permettant une couverture complte de la surface de la plante aprs un cycle orbital complet.

Capteurs passifs Un capteur passif est un dispositif de mesure qui sintresse la portion dnergie solaire renvoye par la surface terrestre ultraviolet, visible, infra-rouge , ou mise infra-rouge thermique, micro-ondes.

Plusieurs grandeurs caractrisent ces systmes de mesure : les rsolutions spatiale, spectrale, radiomtrique et temporelle. Rsolution spatiale Le dtail quil est possible de discerner sur une image dpend de la rsolution spatiale du capteur utilis. La rsolution spatiale est fonction de la dimension du plus petit lment quil est possible de dtecter. Les images de tldtection sont composes dune matrice dlments appels pixels. Le pixel est le plus petit lment dune image.

Il est souvent carr et reprsente une partie de limage. Il est cependant important de faire la distinction entre lespacement des pixels et la rsolution spatiale. Si un capteur a une rsolution spatiale de 20 mtres et quil est possible de charger lcran une image provenant de ce capteur avec la pleine rsolution, chaque pixel lcran reprsentera une superficie correspondant 20 m sur 20 m au sol.

Dans ce cas, la rsolution et lespacement des pixels sont identiques. Par contre, il est possible dafficher la mme image avec un espacement des pixels qui soit diffrent de la rsolution. Sur de nombreuses affiches montrant des images de la Terre prises partir dun satellite, on combine plusieurs pixels en les moyennant, mais ceci ne modifie en rien la rsolution spatiale du capteur utilis. Les images sur lesquelles seuls les grands lments sont visibles ont une rsolution grossire ou basse.

Les images rsolution fine ou leve permettent lidentification dlments de plus petites dimensions. Les capteurs utiliss par les militaires par exemple, sont conus pour obtenir le plus de dtails possible. Ils ont donc une rsolution trs fine. Les satellites commerciaux ont une rsolution qui varie de quelques mtres plusieurs kilomtres. De faon gnrale, plus la rsolution augmente, plus la superficie de la surface visible par le capteur diminue.

Rsolution spectrale La rsolution spectrale dcrit la capacit dun capteur utiliser de petites fentres de longueurs donde. Plus la rsolution spectrale est fine, plus les fentres des diffrents canaux du capteur sont troites. Une pellicule noir et blanc utilise dans un appareil photographique enregistre les longueurs donde sur presque toutes les longueurs donde situes dans le spectre visible.

Sa rsolution spectrale est assez grossire, car les diffrentes longueurs donde ne sont pas diffrencies par la pellicule qui nenregistre que lensemble de lnergie lumineuse capte par lobjectif. Une pellicule couleur est sensible elle aussi lensemble des longueurs donde visibles, mais elle possde une rsolution spectrale plus leve puisquelle peut distinguer les longueurs donde dans le bleu, le vert et le rouge.

Cette pellicule peut donc caractriser lintensit lumineuse dtecte selon ces intervalles de longueurs donde. Plusieurs instruments de tldtection peuvent enregistrer lnergie reue selon des intervalles de longueurs donde diffrentes rsolutions spectrales. Ces instruments sont appels capteurs multispectraux.

TOPOGRAPHIE GENERALE

Certains, plus dvelopps, appels capteurs hyperspectraux, sont capables de dtecter des centaines de bandes spectrales trs fines dans la portion du spectre des ondes lectromagntiques runissant le visible, le proche infrarouge et linfrarouge moyen. La trs grande rsolution spectrale des capteurs hyperspectraux facilite la diffrenciation des caractristiques dune image base sur la rponse diffrente dans chacune des bandes spectrales.

Rsolution radiomtrique Chaque fois quune image est capte par une pellicule ou un capteur, sa sensibilit lintensit de lnergie lectromagntique dtermine la rsolution radiomtrique. La rsolution radiomtrique dun systme de tldtection dcrit sa capacit reconnatre de petites diffrences dans lnergie lectromagntique.

Plus la rsolution radiomtrique dun capteur est fine, plus le capteur est sensible de petites diffrences dans lintensit de lnergie reue. La gamme de longueurs donde lintrieur de laquelle un capteur est sensible se nomme plage dynamique.

Les donnes images sont reprsentes par une valeur numrique variant entre 0 et 2 une certaine puissance moins un. Cet intervalle correspond un nombre de bits utiliss pour encoder des valeurs en format binaire.

Le nombre maximum de niveaux dintensit disponibles dpend du nombre de bits utiliss pour reprsenter lintensit enregistre. La rsolution radiomtrique sera donc plus faible. Rsolution temporelle En plus de la rsolution spatiale, spectrale et radiomtrique, lautre concept important en tldtection est celui de la rsolution temporelle.

Le temps que prend un satellite pour effectuer un cycle orbital complet est gnralement de quelques jours. Il faut donc quelques jours un tel satellite pour quil puisse observer de nouveau exactement la mme scne partir du mme point dans lespace.

La rsolution temporelle absolue du systme de tldtection est gale cette priode. Toutefois, certaines rgions de la surface peuvent tre observes plus frquemment puisquil y a chevauchement entre les couloirs-couverts adjacents et que ces zones de chevauchement deviennent de plus en plus grandes en sapprochant des ples.

Certains satellites ont aussi la possibilit de pointer leurs capteurs en direction du mme point pour diffrents passages. La rsolution temporelle effective du satellite dpend donc dune varit de facteurs dont la grandeur de la zone de chevauchement entre les couloirs-couverts adjacents, la capacit du satellite et de ses capteurs et galement la latitude. Capteurs actifs Les capteurs actifs hyperfrquences fournissent leur propre source de rayonnement pour illuminer la cible.

Le plus rpandu des systmes est le radar. Les radars transmettent vers la cible un signal radio dans les hyperfrquences et dtectent la partie rtrodiffuse du signal. Lintensit du signal rtrodiffus est mesure pour discerner les diffrentes cibles, et le dlai entre la transmission et la rception du signal sert dterminer la distance ou la porte de la cible.

Puisque le radar est un capteur actif, il peut aussi tre utilis pour reprsenter la surface nimporte quel moment du jour ou de la nuit.

Ce sont l les deux principaux avantages du radar : imagerie sous toutes conditions et de jour comme de nuit. Fait important comprendre, la diffrence fondamentale de fonctionnement qui existe entre le radar actif et les capteurs passifs dcrits prcdemment , font quune image radar est trs diffrente et possde des proprits distinctes des images obtenues dans la partie visible et infrarouge du spectre lectromagntique.

Ces diffrences font que, les donnes radars et les donnes obtenues dans le visible peuvent tre complmentaires puisquelles offrent diffrentes perspectives de la surface de la Terre et apportent donc des informations diffrentes. Dufour J. Henry J. Institut Gographique National, , Notions godsiques ncessaires au positionnement gographique, Notice Technique du Service de Godsie et Nivellement, 28p.

Grussenmeyer et O. Reis, Herms. Kraus K. Read Free For 30 Days. Flag for inappropriate content. Related titles. Jump to Page. Search inside document. Notions godsiques de base Sans entrer excessivement dans les dtails, nous rappelons ici les grandes notions de godsie sur les systmes, les surfaces de rfrence, les grandes familles de projection cartographique 2. Les paramtres essentiels La mise en uvre de la godsie et des techniques qui en sont drives ncessitent lexistence dun jeu de paramtres essentiels : un systme godsique de rfrence un rseau godsique de points matrialiss 2.

Le systme godsique Un systme godsique ou datum godsique est un repre affine possdant les caractristiques suivantes : le centre O est proche du centre des masses de la Terre laxe OZ est proche de laxe de rotation terrestre le plan OXZ est proche du plan mridien origine Les coordonnes godsiques du point M ne sont pas des valeurs objectives mais bien dpendantes dun modle thorique.

Plusieurs types de rseaux sont distingus : les rseaux planimtriques les rseaux de nivellement les rseaux tridimensionnels gocentriques Pour rsumer : Avec le rseau, une ralisation godsique ncessite donc la mise en oeuvre dun systme godsique qui peut tre rsum par lensemble des constantes et algorithmes qui doivent intervenir dans le processus destimation des coordonnes.

Diffrents types de coordonnes Les coordonnes dun point peuvent tre exprimes de diffrentes faons : Gographiques : latitude et longitude valeurs angulaires Cartsiennes : exprimes dans un rfrentiel gocentrique valeurs mtriques En projection : reprsentation cartographique plane valeurs mtriques Gnralement, les coordonnes gocentriques ne servent que dtape de calcul pour les changements de systme godsique.

Figures 2. Barbant, Levé du relief Sur un plan, le relief est figure par des points cotes et des courbes de niveau. Les points cotes, obtenus par nivellement direct, indirect ou GPS selon la précision recherchée, précisent notamment les lignes caractéristiques naturelles: crêtes, thalwegs, changements de pente par exemple, et artificielles: axes des voies, hauts et bas talus, etc. Entre les lignes caractéristiques, réaliser un semis de points de manière à pouvoir ensuite interpoler les courbes entre des couples de points situes sur la ligne de plus grande pente M.

Recherche et par suite automatique du réflecteur, qui améliorant la précision et augmentent la productivité M. Levé des détails par GPS Le but du GPS est de fournir à un utilisateur terrestre, voiture, avion, bateau, sa position, sa vitesse et sa synchronisation instantanée dans un système de référence mondial en tout lieu et tout instant.

Figure 2. Lagofun, Dans ce mode, les calculs de position sont généralement effectues après les mesures. Ce dernier enregistre des mesures à des intervalles de temps réguliers. Le mode cinématique 11 Un récepteur fixe étant en A, point connu ou inconnu, un récepteur mobile, généralement une antenne montée sur une canne télescopique, est positionne en B. Le stop and go marche arrêt qui une méthode très proche de celle du lever de détails avec une station totale.

La trajectographie ou le récepteur mobile enregistre les informations en permanence, toutes les seconds par exemple, ce qui permet de tracer la trajectoire du mobile. On peut ainsi dessiner la trajectoire du véhicule et déterminer sa vitesse moyenne entre deux mesures Smilles, J.

Nivellement 1. Automatisation des observations Les tachéomètres et niveaux électroniques effectuent la vise et le mesurage sans intervention du topographe, il peut se consacrer à la saisie et au traitement de données thématiques, les opérations de mesurage complexes, répétitives, précises, étant entièrement automatisées.

Topographie et topometrie modernes - Tome 1

Travail au point levé ou implante Depuis le point levé ou implante le topographe, travaillant seul, pilote a distance le système de mesurage, déclenche les mesures, code et enregistre les résultants et donnes complémentaires, contrôle numériquement et graphiquement en temps réel.

Traitement en temps réel Les ordinateurs, munis de fonctions graphiques et de communication évoluées, que le topographe emporte sur le terrain sont charges de progiciels complexes et très performants.

Les contrôles automatiques de cohérence des données et la vérification des résultants en temps réel suppriment le post-traitement, modifiant, pour ne pas dire remplaçant, la chronologie traditionnelle des travaux topographiques: mesures de terrain exploitées ensuite au bureau Smilles, J.

Smilles, J. Lagofun , Travaux topographiques spécifiques a. Bâtiments I. Les cotes périmétriques de chaque pièce et les diagonales qui joignent deux angles opposent de façon à fixer la direction des murs. Mesurer au moins une diagonal de façon à pouvoir fixer la direction des murs au report, le choix de cette diagonal dépendant de la progression suivie à partir de la base ou du périmètre initial; mieux mesurer plusieurs diagonales; II.

Le GPS dans le monde de la construction Le GPS centimétrique temps réel améliore sensiblement la précision des méthodes traditionnelles de contrôle de verticalité des structures de grande taille, plus de 60 m car la précision ne se dégrade pas avec la hauteur.

Ces dernières peuvent être prises au sol-restitution de façades, de bâtiments, etc. Figure 5. Notions géodésiques de base Sans entrer excessivement dans les détails, nous rappelons ici les grandes notions de géodésie sur les systèmes, les surfaces de référence, les grandes familles de projection cartographique 2. Par contre, le passage inverse nécessite, pour les formules de Molodensky et les transformations polynomiales, des formules différentes.

Gérer les projections avec R. Compréhension des rapports entre la. Exemple de calcul ferraillage d'un projet en excel. Télécharger exemple de modèle de rapport journalier de chantier.

Exemples de modèle d'attestation de stage en word doc. Modèle de manuel HSE hygiène sécurité environnement. Suivez nos articles par e-mail. ST lnk.